Interview de Laura à Séoul (Corée du Sud)

  • Anne-Claire
  • Category Asie, Interviews

Qui êtes-vous et qu’est-ce-qui vous a amenée en Corée du Sud ?

Je m’appelle Laura et je vis à Séoul depuis un an et demi. Je m’y suis établie à l’âge de 29 ans. Après des études en management hôtelier et quatre ans d’expérience professionnelle à Paris, je suis arrivée à Séoul un peu par hasard. Je ne connaissais quasiment rien de la Corée si ce n’est la vision idyllique que m’avait dépeinte une très bonne amie d’école ayant vécu deux ans à Séoul durant ses années de lycée. « Le meilleur pays pour faire ses premiers pas en Asie » me disait-elle.

Je me suis installée en Corée à l’automne 2015 suite à une mutation professionnelle de mon mari. Cela faisait six mois que nous avions décidé conjointement de sa mobilité. Nous savions déjà que l’Asie serait notre continent d’accueil…et la Corée est sortie du lot assez rapidement. Nous voilà à présent installés à Séoul pour trois ans.

Quelles sont les difficultés auxquelles vous avez dû faire face lors de votre installation et depuis que vous vivez en Corée du Sud ? Avec votre expérience, quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un Français souhaitant venir s’installer à Séoul ?

Ma première année à Séoul a été sans nul doute la plus difficile. Je dirais sans hésiter que la difficulté majeure à une installation en Corée est la barrière de la langue. L’anglais est peu parlé en Corée et l’apprentissage d’une langue asiatique demande un investissement très important. Il faut être très motivé et les résultats ne paient qu’au bout de plusieurs années d’apprentissage.

Il ne faut pas non plus sous-estimer la barrière culturelle. Le mode de vie et les coutumes locales sont diamétralement opposés aux nôtres. Les Coréens sont très gentils et souriants, mais ils ne vous ouvriront pas leur porte facilement.  J’étais déçue de ce point de vue là. Je repartirai de Corée sans m’être fait d’amis coréens. C’est peut-être moins le cas si vous partez dans le cadre d’un échange universitaire.

La Corée a le vent en poupe depuis quelques années et l’année France-Corée (2015) a renforcé l’attrait des Français pour ce pays.  Pour ceux qui auraient des velléités de s’installer en Corée parce qu’ils sont fans de k-pop, de « drama » coréens ou de cosmétiques, et qui pensent trouver du travail sur place et rapidement, prudence ! Le pays du Matin Calme est encore très traditionnel et protectionniste. 25 millions d’habitants vivent dans le grand Séoul, soit la moitié de la population coréenne. La main-d’œuvre parlant couramment coréen ne manque pas ! Si vous ne parlez pas la langue, il vous faudra quelques années pour être à l’aise avec celle-ci. Le meilleur conseil que je puisse donner est de venir en ayant déjà un contrat d’expatriation ou un VIE. Cela vous laissera le temps de vous faire une idée de la culture. Sinon renseignez-vous sérieusement auprès d’organismes professionnels tels que la Chambre de Commerce Franco-Coréenne KFCCI pour demander des éclaircissements, des avis et des retours d’expérience. N’hésitez pas non plus à venir vous immerger pour un mois ou deux afin de prendre une décision réfléchie. S’installer en Corée est un très beau projet mais cela peut s’avérer être un véritable parcours du combattant.

Qu’est-ce-qui vous a le plus agréablement surpris en Corée, et en particulier à Séoul ?

Ce qui m’a le plus agréablement surpris en Corée est le sentiment de sécurité permanente ainsi que l’efficacité des services. Je n’ai jamais ressenti la moindre agressivité de la part des Coréens. Ici la population a compris que les civilités et la responsabilité de chacun sont dans l’intérêt de tous. Séoul est une ville beaucoup plus propre que nos villes européennes. Je n’ai jamais slalomé entre les déjections ou glissé sur un prospectus.

Par ailleurs, il faut noter qu’en Corée la main-d’œuvre est moins coûteuse qu’en France ce qui a l’avantage de développer les services et d’assurer leur qualité. Par exemple, mes livraisons arrivent généralement dans les trois jours et parfois même le weekend. Si je ne suis pas chez moi pour les réceptionner, elles m’attendent à l’entrée. Pas de vol non plus !

Les transports fonctionnent parfaitement. Il n’y a jamais de grève ou de problème technique. Le pays est aussi à la pointe de la technologie.

Tous ces détails rendent la vie plus agréable et contribuent au bien-être quotidien.

Qu’est-ce-qui vous manque le plus et le moins de la France ?

Ma famille et mes amis me manquent beaucoup c’est évident ! Hormis mes proches, ce qui me manque incontestablement est la nourriture française, les marchés et les commerces de bouche.  Nous sommes très gâtés en France par notre gastronomie. Les plats en Corée sont assez piquants et mon palais a toujours du mal à s’adapter.  Mais aussi l’air pur de la côte atlantique où je me rends souvent. La Corée connaît une recrudescence de pics de pollution due à une forte exploitation d’usines à charbon, à une circulation automobile dense et à sa proximité avec Pékin et Tianjin. Maman d’un petit enfant, je suis très sensible à cette problématique sanitaire.

Ce qui me manque le moins de la France est la morosité ambiante,  l’insécurité et la méfiance qui y règnent ces derniers temps.

 

Quels sont vos bons plans à Séoul ?

Si vous souhaitez plonger dans la culture coréenne, ne manquez pas  de vous perdre dans le marché de Namdaemun, véritable dédale de stands proposant friperies et bibelots en tous genres. Partez découvrir le plus grand marché aux poissons de Séoul, « NoryanginFishmarket », où vous pourrez emporter un poisson et vous le faire cuisiner dans les restaurants des étages supérieurs. En soirée, je vous conseille le quartier étudiant de Hongdae,Hapjeong où grouille la jeunesse estudiantine. Vous y croiserez les weekends des jeunes gens dansant au rythme de la k-pop. Le quartier regorge de restaurants locaux et barbecues coréens. Finissez la soirée dans un karakoe avec votre groupe d’amis.  Amusement garanti !

1 Reply on Interview de Laura à Séoul (Corée du Sud)

  • Toutes mes félicitations Laure et bon succès ! Je pense que vos explications détaillées et positives sur votre nouveau pays de résidence donneront à de nombreux français l’envie d’y venir ou de s’y installer.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.