LES INFORMATIONS PRATIQUES

Transport et communication IRAN

    • Qualité du réseau mobile : satisfaisante dans les grandes villes
    • Qualité réseau internet : l’accès à internet est très restreint
    • Validité du permis français/international : Les touristes sur le territoire pour un court séjour doivent être en possession d’un permis international pour pouvoir conduire. Pour les résidents, une fois la carte de résident ou d’une prolongation du visa de long séjour pourront demander un permis iranien, valable un an et renouvelable pour la même durée. L’obtention d’un permis deux roues n’est pas autorisée pour les résidents.
    • Réseau routier : L’état général des routes est bon mais la signalisation est souvent insuffisante et la circulation reste dangereuse en raison des comportements des usagers. Le réseau autoroutier est assez développé à partir de Téhéran.
      Des stations essences se trouvent un peu partout sur les routes et le prix du carburant est bas dans le pays. En cas d’accident, il faut attendre l’arrivée de la police pour dresser le constat, et il est recommandé de contacter l’ambassade.
    • Réseau aérien : Les transports aériens desservent toutes les villes importantes de province, la maintenance des avions est satisfaisante.
    • Réseau ferroviaire : Des trains circulent à travers le pays, ils sont lents mais les tickets sont peu chers. Le confort est sommaire sur plusieurs lignes.
    • Réseau de bus : Le réseau de bus en Iran est très développé et dessert des centaines de destinations dans tout le pays. Les compagnies de bus sont nombreuses, on en compte plus d’une vingtaine, la concurrence étant forte elles proposent des tarifs très intéressants. Les meilleures coopératives dotées du plus large réseau de services sont TBT (Taavoni n°15) et la compagnie de bus coopérative n°1. Les différences entre les compagnies sont minimes.
      Les bus sont confortables et il est interdit de voyager debout sauf pour les trajets de courte distance.

  • Scolarité IRAN

    • Système scolaire local : L’éducation primaire obligatoire commence à l’âge de 6 ans et dure 5 ans. L’éducation secondaire de base est un cycle d’orientation de 2 ans qui permet de déterminer les aptitudes de l’élève à poursuivre des études générales ou des études professionnelles/techniques. L’éducation secondaire supérieure n’est ni gratuite ni obligatoire,  il existe 3 filières : théorique, technique/professionnelle ou pratique, elles-mêmes subdivisées en diverses spécialités.
    • Associations subventionnées par le dispositif FLAM :
      Il n’existe pour le moment pas d’association FLAM en Iran
  • Santé et sécurité sociale IRAN

    • Qualité des structures hospitalières : l’état sanitaire du pays est satisfaisant avec des médecins biens formés. Le pays connaît toutefois des difficultés d’approvisionnement en médicaments pour ses hôpitaux et ses pharmacies.
      La liste des médecins est hôpitaux recommandés est téléchargeable sur la page dédiée du site de l’ambassade
    • Numéros d’urgence :
      – Police iranienne : 110
      – Pompiers :125
      – Croissant rouge / urgences médicales 115
    • Système local de sécurité sociale : L’organisation de sécurité sociale iranienne (Tamin) gère les risques de santé, chômage, accidents du travail et retraite. Aujourd’hui, 85% des citoyens iraniens sont couverts par au moins l’un des services de la Sécurité sociale. Des régimes spécifiques existent pour le risque de retraite dans les secteurs publics ou parapublic. Les charges patronales représentent 20% du salaire, la part des employés est de 7% et l’Etat contribue à hauteur de 3%.
      Les remboursements de frais médicaux ne couvrent pas la totalité des dépenses.
  • Liens avec la France Iran

  • Emploi et logement IRAN

  • Emploi

    • Cadre légal du travail : La législation du travail est favorable à l’employé mais dans la pratique les contrats sont précaires. Les entreprises préfèrent limiter leur engagement en favorisant les emplois courts et les contrats de prestation de services.
      Le permis de travail est un préalable, sollicité par l’employeur. Les Français qui souhaitent travailler en Iran doivent donc s’y faire employer depuis ailleurs, et par exemple chercher un emploi depuis la France.
    • Salaire minimum : il n’existe pas de salaire minimum en Iran mais le salaire moyen s’élevait en 2008 à 358$/mois
    • Durée légale du temps de travail : La durée légale du travail est 8h/jour et de 44h/semaine avec des possibilités de flexibilité se compensant d’un jour à l’autre.
    • Infos complémentaires : Le travail de nuit est rémunéré 35% supplémentaire. En ce qui concerne les congés, les employés bénéficient en général d’un mois par an plus un certain nombre de fêtes.
    • Jour chômé hebdomadaire :  jeudi et vendredi

     

    Logement

    • Marché locatif : Le marché locatif est bien pourvu à Téhéran et l’offre de logements variée sauf pour les studios et petits appartements. La majorité des expatriés résident dans le nord de la Téhéran qui sont les quartiers résidentiels les plus agréables et les moins pollués. Les logements (appartements et villas) sont souvent meublés.
      Le prix des loyers varient entre 1000 pour un appartement entre 50 et 80m2 et 4500€ pour un appartement jusqu’à 300m2Les habitations peuvent subir des coupures d’eau pendant les périodes estivales qui sont particulièrement sèches, certains immeubles sont équipés de pompes et de groupes électrogènes autonomes.
    • Contrat de location : La durée du bail locatif en Iran varie d’un à trois ans. La durée des baux est renouvelable avec une augmentation annuelle qui peut atteindre 10 à 20%. Les locataires doivent verser une somme importante en caution. Les loyers sont payés pour la plupart en devise, en liquide ou par virement bancaire à l’étranger. Le paiement est annuel ou trimestriel.
      Il est conseillé de faire appel à une agence immobilière pour la recherche d’un logement pour gérer la négociation avec le propriétaires et aspects du contrat. Les frais de commission sont l’équivalent d’un mois de loyer.

     

  • Site Menu