ALBANIE

LES INFORMATIONS PRATIQUES

Transports et communication ALBANIE

    • Qualité du réseau mobile : excellente. La 4G est déployée à partir du 1er septembre 2015.
    • Qualité réseau internet : excellente.
    • Validité des permis de conduire français et international : oui, pour des séjours temporaires. En revanche, les personnes s’installant en Albanie devront échanger leur permis de conduire français pour un permis albanais. L’échange nécessite un examen médical, la traduction du permis français, la fourniture de photos d’identité et d’une photocopie de la carte de séjour, pour un prix total d’environ 5 000 leks (environ 35 euros).
    • Réseau routier : si les grands axes routiers d’Albanie sont modernes et en bon état, il n’en va pas de même des axes secondaires (entre bitume et pistes caillouteuses) dont la qualité varie fortement. D’une manière générale, le réseau routier albanais souffre d’un manque de signalisation. La conduite de nuit est relativement dangereuse en raison du mauvais état des routes (nids de poule, bouches d’égout ouvertes…). La situation tend néanmoins à s’améliorer.
    • Réseau ferroviaire : le réseau ferroviaire albanais est peu développé. Il n’y a pas de liaison avec les pays limitrophes, excepté le Monténégro, et les trains, vétustes, sont souvent très lents. Ils sont néanmoins bon marché. Les gares n’ont, en général qu’un ou deux aller-retour quotidien avec Tirana (à l’exception de Durres qui en a 5 par jour). La compagnie nationale de trains est HSH.
    • Réseau de transports urbains : à Tirana, quelques lignes de bus permettent de se déplacer dans la ville. La ville dispose également d’un service de vélos en libre partage : Ecovolis.
    • Réseau de cars : les principales villes d’Albanie sont reliées entre elles par un réseau de cars, et par des minibus (furgons) conduits par des particuliers. Ces modes de transport sont plus chers mais également beaucoup plus rapides que le train. L’Albanie n’ayant pas de gare routière, il faut se renseigner pour savoir d’où partent les cars et minibus.
    • Réseau maritime : l’Albanie est bordée par la Mer Adriatique et dispose de 17 ports de marchandise, les plus gros étant ceux de Durrës, Saranda, Shëngjin et Vlora.
      Les voyageurs peuvent rejoindre l’Italie par bateau, 45 liaisons étant effectuées par semaine entre l’Italie et l’Albanie.
  • Scolarité ALBANIE

    • Système scolaire local : en Albanie, l’école est obligatoire de 6 à 16 ans, et gratuite dans les établissements publics. La scolarité s’organise comme suit :
      • L’école pré-primaire, facultative, de 3 à 6 ans ;
      • L’école primaire, obligatoire, de 6 à 14 ans. A la fin du cycle de 8 ans, les élèves passent un examen qui leur octroie le certificat de fin d’études (Dëftesë Lirimi), nécessaire pour entrer dans le cycle secondaire.
      • L’école secondaire, de 14 à 18 ans, est divisée en deux filières. Les écoles secondaires générales ou les écoles secondaires professionnelles. Dans les deux cas, le cycle d’études est sanctionné par l’obtention d’un certificat de maturité (Dëftesë Pjekurie), seul titre permettant d’être admis par la suite dans les établissements d’enseignement supérieur.
    • Écoles françaises :
      • TIRANA : Ecole française internationale de Tirana, homologuée par l’AEFE de la toute petite section maternelle (moins de 3 ans) jusqu’au CE1, et qui propose un enseignement avec le CNED pour les classes de 6è, 5è et 3è.
    • Associations subventionnées par le dispositif Flam : il n’y a pas d’associations FLAM à l’heure actuelle en Albanie.
  • Santé et sécurité sociale ALBANIE

    • Qualité des structures hospitalières : elles ne sont pas satisfaisantes au regard des normes courantes en Europe. En effet, malgré des praticiens de très bonne formation, les structures hospitalières souffrent en Albanie d’un manque de moyens matériels important. Cependant, les hôpitaux et cliniques privés, tels que l’Hôpital américain ou l’Higeya, proposent des soins de qualité à Tirana, Durrës, Fier… L’Ambassade de France a également établi une liste de médecins francophones.
    • Numéros d’urgence :
      • Police routière : 126
      • Urgences médicales : 127
      • Pompiers : 128
      • Police secours : 129
  • Liens avec la France – ALBANIE

  • Travail et logement ALBANIE

  • Cadre légal du travail

    • Salaire minimum : le salaire minimum légal en Albanie s’élève à 22 000 Lek (environ 158 €).
    • Informations complémentaires : dans les 30 jours suivant l’arrivée en Albanie, il faut faire une demande de permis de séjour. Les documents français exigés pour cette formalité (acte de naissance, extrait de casier judiciaire) doivent être traduits et apostillés. Ces documents doivent être déposés au commissariat de police de la ville où les ressortissants français résident. Une section pour les étrangers au sein de chaque direction régionale de police assure le traitement et la délivrance des permis de séjour.

      Une fois le permis de séjour obtenu, le résident peut faire une demande de permis de travail, à condition d’avoir déjà signé un contrat de travail sur lequel figurent le nom, la fonction, le salaire, les conditions de travail et de congés. Il est accordé ou refusé dans un délai de 30 jours suivant la requête.

      La Charte sociale européenne (révisée) a été ratifiée par l’Albanie le 14 novembre 2002.

      Pour les contrats de travail d’une durée comprise entre 3 et 5 ans, un préavis de 3 mois est à respecter.

    • Jour chômé hebdomadaire : samedi et dimanche.

    Logement

    • Prix moyen du loyer dans une grande ville : pour une  Autriche, le montant du loyer de la plupart des appartements en location est réglé par la loi sur le bail à loyer (Mietrechtsgesetz). Cette loi ne s’applique pas aux maisons individuelles. Les charges représentent environ 25% du loyer net et s’ajoutent à celui-ci.

      Le prix d’un appartement 1 chambre varie de 500 euros (périphérie) à 630 euros (centre ville). Le prix d’un appartement 3 chambres varie de 980 euros (périphérie) à 1330 euros (centre).

    • Contrat de location: les baux sont régis par le Code civil albanais. Les baux d’habitation ne peuvent excéder une durée de 5 ans. Les contrats de bail d’une durée supérieure à 1 an doivent être faits par écrit.
      La sous-location est en principe autorisée, sauf s’il en a été décidé autrement entre le bailleur et le locataire.
      Le locataire est responsable des petits travaux de maintenance ou de réparation, et le bailleur est responsable des gros travaux (« réparations extraordinaires »). A ce titre, le locataire peut réclamer le remboursement des gros travaux qu’il aurait entrepris, à la condition que le bailleur ait été dûment informé de la nécessité de ces travaux.

      En Albanie, si le dépôt de garantie n’est pas inscrit dans la loi, il est néanmoins usuel que le locataire paye une caution au moment de la signature du bail. De même, la plupart du temps, le contrat de bail précise les délais et conditions de rupture anticipée du bail.

      Enfin, les impôts afférents au bien loué sont dus par le propriétaire.

      NB : Les immeubles à destination professionnelle peuvent être loués pour une période maximale de 30 ans, quelques soient les stipulations contractuelles.

    • Sites utiles :
  • Leave a Reply

    Your email address will not be published.

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Site Menu