LES INFORMATIONS PRATIQUES

Transports et communications Gabon

    • Qualité du réseau mobile : bonne, mais il y a parfois des pics de saturation et la qualité n’est pas optimale dans les zones rurales. La plupart des Gabonais ont un portable. Les principales entreprises de téléphonie mobile sont Airtel Gabon, Gabon Telecom, Moov Gabon et Azur Gabon.

     

    • Qualité réseau internet : bonne, le Gabon est un des pays d’Afrique centrale le mieux connecté à internet, avec environ 3/4 de sa population qui y a accès (plus par la 3G que par un réseau à domicile). De plus, le gouvernement souhaite investir pour une meilleure couverture et qualité du réseau internet, afin d’en faire un leader africain dans le domaine du numérique.
      Les principaux fournisseurs d’accès à internet sont les mêmes que pour la téléphonie mobile : Airtel Gabon, Gabon Telecom, Moov Gabon et Azur Gabon.

     

    • Validité des permis de conduire français et international : le permis international est valide, comme le permis français. Pour ce dernier, il y a cependant obligation de le faire enregistrer dans les 3 mois suivant son arrivée, auprès de la Direction de la Circulation Routière.

     

    • Réseau routier : le réseau routier était peu développé et de mauvaise qualité jusqu’à récemment, mais depuis 2009, le gouvernement fait des efforts pour l’améliorer. Malgré ces efforts, il est préférable, avant tout départ en voiture, de se renseigner sur l’état des routes, notamment lors de la saison des pluies pendant laquelle plusieurs axes deviennent inaccessibles.
      Sur plus de 9000 km de routes, environ 1451 km sont bitumées et praticables en toute saison.
      De plus, quelques routes nationales permettent de passer la frontière du pays, comme la N1 reliant Libreville au Congo, et la N2 qui joint Bifoun au Cameroun.

     

    • Réseau aérien : le Gabon est relativement bien équipé en aéroports et aérodromes (une soixantaine, même si la plupart sont de tailles très réduites et ne disposent pas de pistes asphaltées). De plus, 3 de ces aéroports sont des aéroports internationaux.
      Le plus grand, qui est aussi la principale porte d’entrée du pays, est l’aéroport de Libreville (Léon-Mba), desservie notamment par Air France. Situé à une douzaine de kilomètres du centre-ville, il est donc accessible en moins d’une demi-heure par voiture ou taxi. Il est aussi possible d’utiliser un bus de la société de transport gabonaise. Le deuxième aéroport international du pays est celui de Port-Gentil, qui propose aussi des liaisons vers la France. Enfin, l’aéroport international de Franceville est la principal aéroport de l’est du pays.
      Les compagnies aériennes qui assurent les vols intérieurs ou extérieurs sont de qualité très variable. Il est vivement conseillé de bien se renseigner avant de procéder à l’achat de ses billets. Plusieurs compagnies gabonaises sont interdites de vol dans l’Union européenne. Des lignes aériennes régulières intérieures relient Libreville aux principales villes du pays, dont Port-Gentil et Franceville.

     

    • Réseau ferroviaire : le « Transgabonais » constitue l’unique voie de chemin de fer (680 km) du pays ; il assure la liaison entre Libreville, sur la côté, et Franceville, dans l’intérieur du pays et proche de la frontière avec le Congo. Il existe plusieurs classes, la VIP étant assez confortable. Cette ligne mythique accueille plus de 200 000 voyageurs chaque année, en plus de très nombreuses marchandises.

     

    • Réseau de transports urbains : en ville, les taxis sont nombreux, et constituent le moyen de transport le plus répandu. Le coût est d’environ 1 000 FCFA  par course pour un trajet jusqu’à destination finale sans autres passagers. Pour effectuer une portion de trajet en compagnie d’autres passagers, il faut prévoir 100 à 200 francs CFA en moyenne. Il existe également des services de taxis-bus (minibus), très peu coûteux, même si le confort et la sécurité ne sont pas optimum. Par ailleurs, ces taxis-bus refusent de se rendre à certains endroits, si ce n’est pas rentables pour eux.
      Les taxis étant relativement chers et les taxis-bus peu fiables, les autorités tentent de développer le réseau de bus dans les grandes villes, pour l’instant largement insuffisants (les queues immenses pour acheter des billets provoquent des retards, et les bus comportent bien plus de passagers qu’ils n’ont de places). La principale compagnie de bus est la société de transport gabonaise.

     

    • Réseau de cars : plusieurs trajets de cars sont proposés entre Libreville et les autres villes du pays (voir par exemple le site de la société de transport gabonaise). Le prix d’un trajet entre villes est d’environ 5000 Francs CFA.

     

    • Réseau maritime : le transport de passagers se fait surtout pour les liaisons Libreville – Port-Gentil, via l’océan.  Le gouvernement souhaite actuellement développer le transport fluvial et les ports sur le littoral afin d’améliorer le réseau maritime.
  • Scolarité Gabon

    • Système scolaire local : au Gabon, les enfants de 6 à 16 ans ont l’obligation d’être scolarisés (gratuitement). Le système est composé de trois grades : l’enseignement primaire (durée de 6 ans, se solde par un certificat d’enseignement primaire et conduit au concours d’entrée en 6e) ; l’enseignement secondaire (constitué de deux cycles : un cycle court de 4 ans sanctionné par le Brevet d’étude du premier cycle et un cycle long de 7 ans qui mène au Baccalauréat) ; l’enseignement supérieur (universités ou grandes écoles nationales).

     

  • Santé et sécurité sociale Gabon

    • Qualité des structures hospitalières : le niveau de soins hospitaliers et des structures de soins au Gabon se situe en deçà des standards européens.  Cependant, quelques structures privées sont correctes, surtout dans la capitale.
      A noter également qu’à Libreville et à sa périphérie, deux structures hospitalières ont signé une convention avec la CFE, ce qui permet à ses adhérents de bénéficier d’un tiers payant s’ils devaient être hospitalisés : la Clinique El Rapha et l’hôpital interarmées Omar Bongo Ondimba.
      Liste de médecins et d’hôpitaux recommandés par le Consulat de France au Gabon : cliquez ici.

     

    • Numéros d’urgence :
      • Police secours : 177
      • Sapeurs Pompiers : 18 ou + 241 01 76 15 20 ou par portable : 112
      • Sécurité publique : 13
      • Commissariat central de Libreville : + 241 01 76 09 50
      • Ambassade de France à Libreville : +241 01 79 70 00 / urgences : + 241 01 79 70 04
      • Consulat général de France à Libreville : +241 01.79.20.40 / permanence : +241 05 31 66 36
      • Chancellerie à Port Gentil : +241 01 55 20 86 / permanence : +241 05 18 35 28
      • Agence Consulaire à Libreville : +241 01 66 40 20
      • Agence consulaire à Gamba : +241 07 53 99 47

     

    • Système local de sécurité sociale : au Gabon, le régime de sécurité sociale inclut les assurances sociales (soins médicaux, hospitalisation, médicaments), les accidents du travail et les maladies professionnelles, les prestations familiales et maternité, ainsi que les pensions vieillesse-invalidité-décès et survivants.
      Depuis 2007, le régime d’assurance maladie qui couvre les assurances sociales est obligatoire. Par ailleurs, les employeurs demeurent responsables du maintien du salaire de leurs employés si ceux-ci tombent en arrêt maladie. Ainsi, la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) s’occupe de la gestion du régime, alors que le nouveau régime obligatoire d’assurance maladie est géré par la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS).
      Plus d’informations sur le Centre des Liaisons Européennes et Internationales de Sécurité Sociale (CLEISS) : le régime gabonais de sécurité sociale.
  • Gabon Liens avec la France

  • Emploi et logement Gabon

  • Cadre légal du travail

     

    • Salaire minimum : 150 000 F CFA (environ 280€).

     

    • Durée légale du temps de travail : 40H/semaine pour les travailleurs de façon générale.

     

    • Informations complémentaires :  Avant d’être employé, un étranger doit avoir une autorisation d’emploi (de 2 ans maximum, renouvelable), en plus de détenir un contrat de travail visé par le ministère du Travail.
      C’est à l’employeur de faire la demande d’autorisation d’emploi et de produire les pièces justificatives nécessaires.  L’autorisation ne sera accordée que s’il peut démontrer qu’il n’a pas pu trouver un travailleur de nationalité gabonaise pour  combler le poste. Sauf cas d’exception, la 1ère autorisation d’emploi est délivrée aux travailleurs qui résident hors du Gabon.

     

    • Jour chômé hebdomadaire : il y a un repos de 24 heures consécutives au minimum, généralement le dimanche.

     

     

    Logement

     

    • Prix moyen du loyer dans une grande ville : dans les quartiers classiques, il est possible de trouver des maisons avec 2 pièces pour environ 150 000 Francs CFA/mois. Par contre, les loyers pour expatriés sont soumis à une grande variation de prix, notamment  en fonction du type de logement (villa ou appartement), du quartier, de la vétusté du bien, et du loueur (particulier ou agence). Pour la location d’une maison individuelle de bonne qualité avec petit jardin à Libreville, les tarifs seront d’environ 1 million de Francs CFA/mois.

     

    • Contrat de location : les charges locatives (entre 12 et 15 % du loyer) sont généralement à rajouter au prix de la location de l’appartement, ainsi que les frais de gardiennage pour une villa. L’eau et l’électricité constituent également un coût supplémentaire non négligeable.
      Avant de s’engager dans la location d’un bien, il est préférable de s’assurer que l’immeuble est équipé de sur-presseurs (pour faire face aux coupures d’eau) et d’un groupe électrogène (surtout en immeuble avec ascenseur).
      Le bail est généralement d’une durée d’un an, et est reconductible sous accord, trois mois avant sa date de fin. Le locateur peut demander le paiement de trois mois de loyers d’avance, et l’équivalent d’un mois de loyer en dépôt de garantie. Si vous faites affaire avec une agence, vous pouvez prévoir un budget équivalent à un mois de loyer auquel il faut additionner environ 14% de commission.

     

  • Leave a Reply

    Your email address will not be published.

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Site Menu