LES INFORMATIONS PRATIQUES

Transports et communication GRECE

    • Qualité du réseau mobile : bonne. Les principaux opérateurs de téléphonie mobile sont Cosmote, Vodafone et Wind Hellas. Pour souscrire un contrat, il faut au préalable obtenir son numéro d’identification fiscale personnel (code fiscal) auprès du centre des impôts local.
    • Qualité du réseau internet : bonne. Les principaux fournisseurs d’accès à internet sont Cosmote, Forthnet. Là encore, il vous faudra votre code fiscal pour pouvoir souscrire à une offre, de plus qu’un justificatif de domicile et une pièce d’identité.
    • Validité des permis de conduire français et international : le permis de conduire français est reconnu dans les pays de l’Union Européenne. Attention cependant, les certificats provisoires (“feuille jaune”, etc) ne sont pas reconnus à l’étranger.
    • Réseau routier : la Grèce dispose d’un réseau routier de bonne qualité, mais le taux d’accidents mortels y est l’un des plus élevés en Europe. Attention au comportement des autres usagers et respect des distances de sécurité sont de mise ! Les autoroutes, payantes, sont indiquées par des panneaux verts.
    • Réseau aérien : l’espace aérien de la Grèce est souvent saturé, surtout l’été, et les retards à l’aéroport d’Athènes sont, en conséquence, très fréquents. Les compagnies Aegean Airlines et Olympic Air (compagnie nationale) desservent de nombreuses destinations nationales. Les compagnies Sky Express et Astra Airlines se concentrent principalement sur la desserte des îles et de Thessalonique.
      La Grèce dispose de plus d’une trentaine d’aéroports, dont la majorité est située sur les îles.

      • L’aéroport International Eleftherios Venizelos d’Athènes (ATH), à 33 km au sud-est d’Athènes, est le premier aéroport du pays. Pour se rendre à l’aéroport ou rejoindre Athènes, de nombreux transports en commun sont disponibles : le bus (lignes X93, X95, X96, X97 – 70 minutes de trajet), le métro (ligne 3 Aghia Marina – Athens International Airport, 40 minutes), les trains de banlieue (reliant l’aéroport à la gare centrale d’Athènes Larissis, au port du Pirée et à Kiato) et des taxis. En voiture, l’accès principal à  l’aéroport se fait via l’autoroute Attiki Odos.
      • L’aéroport de Thessalonique Makedonia (SKG) est situé à 14 km au sud de Thessalonique. La ligne de bus 78 dessert le centre ville en 45 minutes (départ toutes les 30 minutes). L’option taxi est également envisageable, pour une vingtaine d’euros (janvier 2016).
    • Réseau ferroviaire : le réseau ferroviaire grec, géré par la compagnie nationale OSE ( pour Organismos Sidirodromon Ellados) est plutôt limité en taille. Du fait de la crise financière, de nombreuses liaisons ont été supprimées, puis rétablies ou modifiées. Les horaires des trains et leurs destinations sont accessibles sur le site de l’OSE.
    • Réseau de bus : développé, peu coûteux et de bonne qualité. C’est le réseau le plus fiable, et les bus sont en général en excellent état. Les bus desservent la presque totalité des grandes villes du continent, tout en étant présents sur les plus grandes îles. C’est le moyen de transport que favorisent les Grecs. Par contre, il faut être vigilant sur sa destination finale, sachant que les grandes villes comme Athènes, Patras ou encore Thessalonique peuvent avoir plusieurs gares routières, desservant des régions différentes.
    • Réseau maritime : très développé. Les nombreuses liaisons entre les îles par bacs, catamarans ou ferries sont conformes aux normes et règlements internationaux de sécurité, et assez peu coûteuses pour les passagers (pour les voitures, le prix augmente considérablement). Les pannes, grèves ou retards dus à la météo peuvent être fréquents. L’hiver, les liaisons maritimes sont beaucoup moins fréquentes, voire inexistantes en fonction de la destination.
    • Réseau de transports urbains : le choix de transports en commun à Athènes est très développé : bus, tramway, métro, … et sont gérés par la Urban Rail Transport SA, sur le site duquel on retrouve les horaires et les plans des lignes. Des trains de banlieue permettent également de relier Athènes depuis les villes environnantes.
  • Scolarité Grèce

    • Système scolaire local : L’école est obligatoire de 6 à 15 ans. Le cursus grec est le suivant :
      • Enseignement pré-élémentaire (dès 3 ans et demi)
      • Enseignement élémentaire (6-12 ans), devant se solder par l’obtention d’un certificat.
      • Enseignement secondaire, commençant par le « Gymnasio » (12-15 ans). La plupart des collèges offrent un enseignement général, mais quelques uns sont spécialisés en musique ou en sport.
        L’enseignement secondaire se poursuit avec le lycée, « lykeio » (15-18 ans), mais il n’est plus obligatoire. A l’issue de la 2e et de la 3e année, les étudiants sont soumis à des examens réalisés par leur lycée, mais aussi à des examens communs à tous les étudiants à l’échelle nationale.La réussite à l’exam de 3e année est sanctionnée par l’ « Apolytirio Enieou Lykiou », qui joue également le rôle de concours pour l’admission à l’université. C’est le classement au niveau national qui donne, pour chaque élève, accès à son 1er, 2e, ou 3e choix d’orientation.
      • Enseignement supérieur, proposé dans les Universités (AEI) et les établissements supérieurs d’enseignement technologiques (ATEI). La formation universitaire s’articule autour de 8 à 12 semestres d’enseignement, selon la filière choisie. Toutes les disciplines sont dispensées dans les universités d’Athènes et de Thessalonique.
        Attention : le baccalauréat obtenu en France peut donner accès à l’enseignement supérieur grec, puisqu’il est considéré comme l’équivalent de l’« Apolytirio » (diplôme de fin d’études). Les choses sont plus compliquées pour le baccalauréat français obtenu dans le réseau français en Grèce.
    • Associations subventionnées par le dispositif Flam :
      • PATRAS : Association des francophones d’Archaïe : Des cours-ateliers pour les petits francophones âgés entre 2 et 5 ans. Cours de français langue maternelle dans le cadre du dispositif FLAM cofinancé par l’AEFE pour les enfants aux niveaux préscolaire et scolaire (5 à 19 ans). Pour les adultes francophones : événements culturels, conférences et séminaires. Café linguistique, « Le Café Français », à Patras, et bibliothèque accessible aux membres.
      • ERMIONI : Les amis de la France en Argolide : Des séances de langue et de culture française offertes dans une école qui accueille des enfants et des adolescents.
      • RHODES : La Maison française de Rhodes : Aussi présente sur Facebook.
  • Santé et sécurité sociale – Grèce

    • Qualité des structures hospitalières : bonne. Les grandes villes disposent de centres d’urgence et de soins, mais pour avoir l’assurance de trouver un équipement médical de pointe, il vaut mieux aller à Athènes ou Thessalonique. En cas d’accident ou de maladie grave dans les îles de petite superficie, les autorités privilégient souvent l’évacuation sanitaire.

      NB : Avec la crise, les hôpitaux publics éprouvent de plus en plus de difficultés pour se fournir en consommables. Il est donc conseillé d’amener soi-même ses consommables, quitte à passer à la pharmacie avant d’aller à l’hôpital public. Sinon, aller de préférence dans le privé, dont les établissements ne connaissent pas ce problème d’approvisionnement.
      Liste des médecins et pharmacies francophones diffusée par le Consulat général à Thessalonique : cliquez ici.
      Liste des médecins francophones en Attique et en province, et liste des hôpitaux et cliniques émises par le Consulat de France à Athènes : cliquez ici.

      L’organisme national des services de santé : EOPYY

    • Numéros d’urgence :
      • Pompiers : 199
      • Police : 100
      • Samu : 166
      • Numéro européen de premiers secours : 112
      • SOS Médecins – Urgences : 1016 (pour Athènes et Thessalonique et banlieue)
      • Premiers secours I.K.A. : 210 646 78 11 à 15
    • Système local de sécurité sociale : en Grèce, les différents  régimes d’assurance sont liés à l’activité des travailleurs, mais la majorité des salariés sont affiliés au régime général (IKA-ETAM). Certains travailleurs sont toutefois affiliés à des régimes spécifiques (agriculteurs, marins, travailleurs indépendants, journalistes, avocats, ingénieurs, etc.). Les fonctionnaires embauchés avant 2011 sont assurés auprès du Bureau de compatibilité générale, et les autres dépendent du régime général.Le régime de protection sociale du secteur privé couvre contre les risques maladie-maternité, invalidité, vieillesse, décès et survivants, ainsi que le chômage. Il octroie aussi les prestations familiales. Quant aux risques d’accidents du travail et de maladies professionnelles, ils sont couverts par les assurances maladie, invalidité et décès.Plus d’informations sur le Centre des Liaisons Européennes et Internationales de Sécurité Sociale (CLEISS) : la protection sociale locale en Grèce.
  • Liens avec la France – Grèce

  • Travail et logement – Grèce

  • Cadre légal du travail

    • Salaire minimum : 684 € / mois (1er janvier 2015).
    • Durée légale du temps de travail : 8h/jour ; 48h/semaine.
    • Informations complémentaires : l’âge minimum pour entrer dans le milieu du travail est de 15 ans, tandis que l’âge de la retraite est en cours de négociation.Congés payés : les employés qui travaillent 6 jours/semaine ont droit à des congés annuels de 24 jours au minimum. Ceux qui travaillent 5 jours/semaine ont droit à 20 jours.Fait marquant en Grèce : le marché du travail « informel » constituerait environ 25 % du PNB.  La récession essoufflant l’économie grecque, le taux de chômeurs est très élevé (24% en 2015), tandis que le taux de travailleurs indépendants atteint un record en Europe : 32%.
    • Jour chômé hebdomadaire : dimanche.

    Logement

    • Prix moyen du loyer dans une grande ville : à Athènes, le loyer mensuel d’un appartement non meublé avec 2 chambres est évalué à 800 € dans les bons quartiers (Alimos et Néa Smyrni), 1300 € dans les très bons quartiers (banlieue sud : Palio Faliro, Glyfada, Voula et Kavouri) et 1500 € dans les meilleurs quartiers (Vouliagmeni, Kifisia, Ekali, Pendeli, Maroussi). La communauté française se concentre aussi en banlieue nord-est (Agia Paraskevi), proche du Lycée Eugène Delacroix.
    • Contrat de location : de façon générale, le bail fixe une durée de location de deux ans au minimum. Il est suggéré de procéder à un état des lieux avant de signer. Le loyer doit être payé à l’avance.  Il est souvent exigé de verser un ou deux mois de caution, et de régler un mois d’avance. Les agences immobilières telles que nous en trouvons en France sont quasi inexistantes en Grèce. Les agents immobiliers travaillent principalement en plaçant des annonces dans la presse.  La presse demeure ainsi l’un des meilleurs outils pour la recherche de logement.
  • 4 Comments

    • akindynis
      akindynis Posted at 15 février 2016 at 7 h 56 min Reply

      Bonjour,
      Je suis disponible pour répondre à toutes les questions concernant la GRECE en général, et la Crète en particulier, ou je vis depuis 10 ans. (dans la mesure de mes connaissances bien entendu).

      • Ophelie
        Ophelie Posted at 15 février 2016 at 15 h 56 min Reply

        Bonjour,

        Merci pour votre commentaire. N’hésitez pas à regarder plus en détail le guide Grèce et si vous voyez des informations que nous pourrions rajouter afin d’être plus complets, nous serions heureux de les intégrer. Et si vous connaissez de bonnes adresses en Crète, vous pouvez les rajouter ici : Ajoutez une adresse !

        Bien cordialement,
        L’équipe de l’ASFE.

    • jeanpierre
      jeanpierre Posted at 16 février 2016 at 10 h 51 min Reply

      Bonjour. Permettez-moi de vous signaler que certains prix de loyers indiqués dans votre guide sont quelque peu surévalués. Pour 1300€ sur Glyfada (bas), et Voula (bas) vous avez un 2 chambres “super luxe”, de même que pour 1500€ à Vouliagmeni, et lorsque vous passez par une agence “de luxe”. Le prix d’un loyer varie de 600 à 850€ pour Glyfada et Voula, et de 750 à 1000€ à Vouliagmeni pour un appartement de tout confort. Les prix sont revenus à un niveau “correct” depuis que le pays est en pleine crise économique… Cordialement, Jean-Pierre.

      • Ophelie
        Ophelie Posted at 18 février 2016 at 11 h 23 min Reply

        Bonjour,
        Merci pour cette remarque et ces informations. Nous avons pris le parti de n’indiquer que des “coûts moyens”, mais cela reste sujet à fluctuation. Nous allons revoir cela pour la Grèce.
        Bien à vous,
        L’équipe French Planète

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Site Menu