PAYS-BAS

LES INFORMATIONS PRATIQUES

Transports et communication Pays-Bas

    • Qualité du réseau mobile : excellente. Les principaux opérateurs téléphonique sont KPN, Vodafone, Telfort ou T-Mobile. Les utilisateurs ont le choix entre cartes prépayées et les abonnements, les deux options offrant deux types de tarifs : soit un tarif en fonction de l’heure, chaque segment de la journée ayant un prix prédéfini, soit un tarif “universel”, offrant un prix unique mais plus élevé. Il est possible de comparer les offres sur des sites comme Bellen ou GSMplaza. Pour obtenir un abonnement, il faut fournir une pièce d’identité, un permis de séjour, un contrat de travail (ou certificat d’étude), un numéro de compte bancaire et un justificatif de domicile. Attention, les numéros de portable néerlandais commencent par 06 comme en France, il ne faut donc pas oublier l’indicatif du pays (+31).
    • Qualité du réseau internet : excellente. Les fournisseurs d’accès à internet sont nombreux. Pour en citer quelques uns : Orange SA, KPN (Mxstream), Vodafone, Telfort, T-Mobile, Tele2 ou BBned. La plupart mettant en place des restrictions de téléchargement, cherchez l’indication « Geen Datalimiet » si vous ne voulez pas de limite. Aanbiedercheck est un comparateur de prix.
    • Validité des permis de conduire français et international : oui. Le permis de conduire français est reconnu dans les pays de l’Union Européenne. Attention cependant, les certificats provisoires (“feuille jaune”, etc) ne sont pas reconnus à l’étranger.
      En outre, les résidents français aux Pays-Bas titulaires d’un permis de plus de 9 ans à compter de leur installation peuvent conserver leur permis français deux années supplémentaires, à partir de la date d’inscription auprès de leur mairie de résidence aux Pays-Bas. Passé ce délais, le permis français doit être échangé contre un exemplaire néerlandais, auprès de la mairie de résidence.
    • Réseau routier : le réseau routier est bien développé et de bonne qualité. Il est cependant fréquemment saturé, notamment en raison du nombre important de camions. Les autoroutes sont toutes gratuites sauf dans le tunnel sous le Westerschelde et Kiltunnel. La réglementation de stationnement est sévère et les amendes élevées.
    • Réseau aérien : Il existe peu de lignes intérieures compte tenu de la taille du pays, mais celui-ci est bien relié à l’international.
      • L’aéroport d’Amsterdam-Schiphol (AMS), le plus grand du pays, est l’un des aéroport les plus fréquentés d’Europe et est relié à tout les continents. Son site internet comprend une version allégée en français. Situé à 15 km au sud-ouest d’Amsterdam, il est accessible par l’autoroute A4 reliant Amsterdam à Rotterdam. En train, le trajet entre Amsterdam (gare centrale) et l’aéroport dure 15 minutes, comme en taxi. L’importante gare ferroviaire de l’aéroport assure également des liaisons avec les autres villes principales du pays, par des trains régionaux (NS) et à l’international (ligne à grande vitesse Thalys). Il est aussi possible d’accéder à l’aéroport/centre ville par la ligne de bus 197 (Amsterdam airport Express, 5 Euros).
      • L’aéroport d’Eindhoven (EIN), situé a 7 km à l’ouest du centre-ville, est le second aéroport du pays en terme de passagers. Par la route, il est accessible par l’autoroute A2, et desservi en 15 minutes par les bus n°400 et 401 en provenance de la gare centrale d’Eindhoven. Une navette airexpress effectue la liaison avec le centre d’Amsterdam.
      • L’aéroport de Rotterdam (RTM) se situe à 8 km au nord-ouest du centre-ville de Rotterdam et à 25 km au sud-est de La Haye. Il est accessible par l’autoroute A13, et en transports en commun, le bus 33 effectue la liaison aéroport / station de métro Meijersplein, depuis laquelle on rejoint la gare centrale de Rotterdam (Rotterdam Centraal) en 10 minutes et le centre ville de la Haye en 30 minutes. Sur le site internet de l’aéroport, un outil pour planifier son trajet depuis / jusqu’à l’aéroport est disponible.
      • Enfin, l’aéroport de Maastricht Aix-la-Chapelle (MST) dessert principalement des destinations européennes. Situé à une dizaine de km au nord de Maastricht, il est accessible par la ligne de bus Veolia 59 Maastricht-Sittard, en passant par Kemenadeplein, Rothem, Meerssen et Geleen, ou bien par taxi.
    • Réseau ferroviaire : le réseau est en bon état et très développé. Les retards sont cependant relativement fréquents. La compagnie nationale NS gère les grandes lignes, mais certaines lignes secondaires dépendent de compagnies privées. Des trains tel que Intercity desservent régulièrement les grandes villes entre elles ; les trains sprinter ou locaux relient également les gares intermédiaires et régionales aux gares principales. A noter : il est impossible de réserver une place dans les trains ordinaires. Les trains du réseau NS entre Rotterdam Central, La Haye Hollands Spoor, Leyde Central, Aéroport Amsterdam Schiphol, Amsterdam Central et Utrecht circulent la nuit. Vous pouvez acheter des billets à la billetterie de la NS ou à la gare, ou éventuellement acheter une OV-chipkaart, utilisable pour n’importe quel moyen de transport public du pays. Les vélos sont acceptés à bord. Des trains internationaux à grande vitesse relient les Pays-Bas aux pays limitrophes, tel que ICE pour Amsterdam- Francfort, IC pour Amsterdam-Berlin, InterCity pour Rotterdam-Bruxelles et Thalys pour Amsterdam-Paris-Bruxelles. Des trains de nuit opèrent à l’international grâce à CityNightLine.
    • Réseau de transports urbains : les transports en commun aux Pays-Bas sont bien développés, et accessible à travers le pays avec la carte OV-chipkaart. A Amsterdam, on peut se déplacer en métro, tramway, bus et surtout à vélo. Le métro, composé de 4 lignes, est ouvert de 6h à minuit et dessert aussi les communes proches telles Amstelveen, Diemen et Ouder-Amstel. A Rotterdam il est possible de se déplacer en tram, en bus, à vélo et en métro. Ce dernier est composé de 5 lignes et est géré par la RET.
    • Réseau de bus : le réseau de bus est bien développé et en cours de modernisation (accessibilité handicapés, consommation d’énergie, etc.). Il est à noter qu’il est possible d’acheter et de charger une carte OV (OV-Chipkaart), valable ensuite pour les transports en commun et le train sur tout le territoire. Elle peut s’acheter dans les stations de bus, les gares et les grands supermarchés.
    • Réseau fluvial : compte tenu de la géographie des Pays-Bas, le transport sur voie navigable est bien développé. Il est possible d’utiliser le ferry pour relier certaines villes et les bateaux-taxi pour se déplacer à Amsterdam et Rotterdam. Des ferry relient aussi la Grande-Bretagne aux Pays-Bas.
  • Scolarité Pays-Bas

    • Système scolaire local : La scolarisation des enfants est obligatoire et gratuite de 5 à 16 ans. Le cycle d’enseignement primaire dure 8 ans, de 4 à 12 ans. Les élèves ne sont pas notés mais passent un test à la fin du cycle. Ils sont ensuite orientés vers l’un des trois types d’établissements secondaires : le VWO (lycée préparant aux études universitaires pendant 6 ans), le HAVO (éducation secondaire générale d’une durée de 5 ans) ou le VMBO (équivalent du lycée professionnel, d’une durée de 4 ans). Bien que le gouvernement ait mis en place quelques standards à respecter, les écoles disposent d’une grande liberté en matière de méthodes et de contenus d’enseignement. Les élèves n’ont généralement cours que le matin.
    • Associations subventionnées par le dispositif FLAM :
      • AMSTERDAM : L’association « En Famille ! » propose des cours de français aux enfants francophones scolarisés dans le système néerlandais, ainsi que des activités artistique et sportives. Elle organise également des sorties familiales.
      • EINDHOVEN : L’association « Les Francofilous » organise des activités en français pour les enfants de 4 à 12 ans le samedi matin.
      • LA HAYE – UTRECHT : L’association « Tremplin pour le français » propose des cours de soutien en français pour les enfants de la grande section de maternelle à la troisième, ainsi que des cours d’aide pour les élèves inscrits au CNED.
  • Santé et Sécurité sociale Pays-Bas

    • Numéros d’urgence : Services d’urgence : 112
    • Système local de sécurité sociale : Les Pays-Bas ont mis en place deux catégories d’assurances sociales. Le régime d’assurances nationales (volksverzekringen) couvre toute personne résidant légalement sur le territoire. Il comporte la pension vieillesse, l’assurance survie, les frais spéciaux de maladie, les soins de santé et les allocations familiales. Le régime d’assurance pour les salariés (werknemersverzekeringen) ajoute à cela l’assurance chômage, les indemnités maladie et les pensions d’invalidité. Il existe également des prestations sociales à destination des personnes à faibles revenus. En principe, toute personne commençant un travail salarié aux Pays-Bas est automatiquement affiliée à ces différentes assurances. Il est cependant obligatoire pour chaque personne, même mineure, résidant dans le pays ou assujettie à l’impôt sur le revenu néerlandais, de souscrire à une assurance couvrant ses dépenses de santé auprès de l’assureur de son choix. Pour les nouveaux arrivants, cette démarche doit être effectuée dans un délai de quatre mois à compter de l’installation dans le pays. Les sites Vergelijken et Kiesbeter permettent de comparer les différentes offres.En cas de séjour court, il est recommandé de demander la Carte européenne d’assurance maladie auprès de son organisme d’assurance maladie avant le départ. Ce document permet de bénéficier des mêmes prestations que les assurés néerlandais, sans avancer les frais.

      Plus d’informations sur le Centre des Liaisons Européennes et Internationales de Sécurité Sociale (CLEISS) : la sécurité sociale locale aux Pays-Bas ; ou encore grâce au dossier de la Commission européenne sur les Pays-Bas.

  • Liens avec la France – Pays-Bas

  • Travail et Logement Pays-Bas

  • Cadre légal du travail

    • Salaire minimum : 1508 €/mois. Dans certains secteurs, les conventions collectives peuvent prévoir un salaire minimum plus élevé. Le système de primes est courant.
    • Infos complémementairesLa durée légale du temps de travail est comprise entre 37h/semaine (minimum légal) et 60h/semaine maximum. Près de 40 % des contrats sont à temps partiel.
      Le droit du travail néerlandais n’impose pas la rédaction d’un contrat de travail écrit, et en cas de conflit, cela bénéficiera à l’employé au détriment de l’employeur. En effet, certaines clauses, comme la clause de non-concurrence, doivent obligatoirement être consenties par écrit.
      Le recours aux contrats à durée déterminée est encadré : l’employeur peut proposer 3 CDD successifs (le délai de carence étant porté à 6 mois depuis le 1er juillet 2015), mais le dernier CDD sera requalifié en contrat à durée indéterminée si la durée cumulée de ces 3 CDD dépasse 2 ans.
      La période d’essai est interdite pour les contrats inférieurs à 6 mois, de un mois maximum pour les contrats inférieurs à 2 ans, et de deux mois maximum pour les contrats conclus pour une durée supérieure à 2 ans ou pour les contrats à durée indéterminée. En cas de CDD de supérieur à 6 mois, l’employeur a l’obligation, un mois au moins avant la fin prévue du contrat, d’indiquer au salarié si son contrat sera ou non reconduit.
      En cas de licenciement, l’employeur doit respecter un préavis d’un mois pour les salariés ayant entre 6 mois et 5 ans d’ancienneté, un préavis de deux mois pour les salariés ayant entre 5 et 10 ans d’ancienneté, trois mois entre 10 et 20 ans d’ancienneté et 4 mois au-delà. Sauf exceptions, une indemnité légale de licenciement, appelée « transitievergoeding » est due par l’employeur au salarié justifiant d’une ancienneté d’au moins 2 ans et se retrouvant contre son gré privé de son emploi.
    • Jours chômés hebdomadaires : samedi et dimanche

    Logement

    • Prix loyer moyen grandes villes : Un appartement deux pièces peut coûter à Amsterdam de 650 à 1500 euros par mois, selon sa localisation. A La Haye, pour un appartement de la même taille, compter entre 500 et 1000 euros.
    • Contrat de location : Les propriétaires demandent généralement une caution d’un mois lorsque le logement est vide, et deux mois lorsqu’il est meublé. Il est possible de négocier la date de remboursement de la caution. Attention, il est obligatoire de s’inscrire auprès de la mairie de son lieu de résidence une fois installé. Pour un séjour dépassant trois mois, il est également obligatoire de s’enregistrer auprès du Service de l’Immigration et de Naturalisation.
  • Leave a Reply

    Your email address will not be published.

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Site Menu